Les rayons, c’est quoi ?

Ce sont des photons ou des électrons d’énergies élevées, produits par des accélérateurs de particules (les sources de cobalt sont actuellement abandonnées). Ils provoquent certaines perturbations à l’intérieur des cellules cancéreuses, les empêchant de se multiplier, ou les conduisant à se laisser mourir.

 

On parle de radiothérapie externe lorsque la source des rayons est placée à une certaine distance du malade. Elle permet de traiter de traiter une région précise, par plusieurs faisceaux. Lorsque la source est appliquée au contact direct de la zone à traiter, il s’agit de curiethérapie. Les rayons ne diffusent pas en dehors de la zone traitée.

À quoi ça sert ?

La radiothérapie, utilisée depuis maintenant 100 ans, est une des trois armes thérapeutiques contre les tumeurs, avec la chimiothérapie et la chirurgie.
Elle vous est proposée par une équipe médicale, en concertation pluri-disciplinaire avec tous les médecins qui assurent votre prise en charge. Le traitement par « rayons » vise à détruire les cellules tumorales ou à stopper leur multiplication, sans nuire aux cellules saines qui ont de meilleures capacités de récupération. Les appareils d’imagerie modernes par scanners, IRM ou PET scan, permettent de localiser les cellules malades. La dose efficace de rayons à administrer à chaque malade est déterminée avec précision grâce à des logiciels de dosimétrie.

La consultation d’annonce

Vous rencontrez votre oncologue qui prend connaissance de votre histoire personnelle et médicale, du diagnostic et des examens complémentaires déjà réalisés. D’autres examens vont peut-être être nécessaires pour compléter le bilan de votre maladie.

 

Votre médecin généraliste ou spécialiste a discuté de votre problème en réunion de concertation multidisciplinaire pour établir, un plan personnalisé de soins. Votre oncologue vous explique alors ce plan en vous en détaillant les modalités pratiques, les objectifs des traitements ainsi que leur effets indésirables potentiels, pendant ou à distance des traitements. Ce document sera le support de votre parcours de soins.

 

L’équipe soignante du CCO organise, si vous le souhaitez, un second temps de rencontre pour répondre à d’autres questions concernant les traitements et leurs effets. Il s’agit de la consultation d’annonce des manipulateurs.

 

Un formulaire de consentement éclairé vous est alors remis.

La préparation des séances

2 L’objectif est de repérer la lésion à irradier et les organes avoisinants à protéger. Un point de repère est mis en place (tatouage à la peau ou repère sur un masque thermoformé) pour assurer la reproductibilité des séances. Le repérage des lésions s’effectue grâce à un scanner dédié. Les zones d’intérêt sont contourées par le médecin avant une reconstitution tri-dimensionnelle qui permet d’ajuster au mieux et de façon personnalisée, chaque champ de rayons. L’équipe de dosimétristes, de physiciens et de médecins travaille ensuite à la dosimétrie prévisionnelle, c’est-à-dire le calcul en 3 dimensions de la résultante des faisceaux pour l’ensemble de votre traitement.

La réalisation des séances

Le nombre de séances est déterminé en fonction des caractéristiques de la tumeur (type, taille, marqueurs sanguins), de vos antécédents médicaux et de l’objectif attendu : en général entre 10 et 40 séances. Ces séances ne présentent aucun désagrément particulier : vous ètes allongé(e) sur la table de traitement. Les manipulateurs vous mettent en place par rapport au point de repérage, et sortent de la salle de traitement pendant la délivrance des rayons. Ne bougez pas et ne vous inquiétez pas, ils vous surveillent par vidéo… La séance ne dure que quelques minutes. Des contrôles de positionnement exact des champs vous seront réalisés avant le début et traitement et 2 fois par semaine pendant le traitement. Vous pouvez reprendre juste après vos activités habituelles, vous n’etes pas « radioactif(ve) ».  

 

 

Vous serez revu(e) en consultation régulièrement par votre radiothérapeute qui vérifiera le bon déroulement du traitement et s’assurera de sa bonne tolérance.

Quelques conseils :

 

 

  • Signalez  toute anomalie au niveau des zones traitées par les rayons
  • N’appliquez aucune pommade sur la peau des zones irradiées sans demander au préalable l’avis du médecin radiothérapeute. Pas de BIAFINE…
  • Un régime alimentaire peut vous être conseillé en cas d’irradiation abdominale ou pelvienne.
Les effets secondaires possibles de la radiothérapie :

 

  • Ils dépendent de la dose délivrée et des régions traitées.
  • Ils peuvent être légèrement plus importants lorsque la radiothérapie est associée à une chimiothérapie, justifiée par de meilleurs résultats thérapeutiques.
  • Les effets transitoires, aigus sont liés à l’inflammation de la peau et des muqueuses dans le champ traité.
  • Par exemple, une radiothérapie abdominale ou pelvienne peut entraîner une diarrhée, des nausées ou des vomissements.
  • A plus long terme, les effets se manifestent essentiellement sous forme de fibrose cicatricielle de la peau ou des tissus traversés par les rayons. Grâce aux progrès techniques et informatiques accomplis ces dernières années et à l’exactitude des calculs de doses, les complications à long terme sont beaucoup moins fréquentes.